Twilight – Chapitre 4 : Révélation 1ère partie

« L’éternité n’est que le commencement » dit l’accroche du film. Le début de Twilight 4 dure effectivement une éternité, que le spectateur humain, peu habitué à ces abîmes dans lesquels le temps se rallonge indéfiniment, aura bien du mal à supporter. Heureusement, la suite viendra le réveiller de la mort, non sans lui avoir livré son message bien conservateur au passage.

Synopsis : Bella a fait son choix : elle s’apprête à épouser Edward. Mais le jeune homme acceptera-t-il de la transformer en vampire et de la voir renoncer à sa vie humaine ?

Twilight - Chapitre 4 : Révélation 1ère partie - critiqueLa spécificité des épisodes de Twilight, c’est qu’il ne s’y passe rien. Quasiment tous les enjeux de l’histoire étaient énoncés dans le premier opus. Les films suivants sont tous interminables, ils sont remplis de vide et s’étendent à l’infini autour d’intrigues faméliques. C’est encore le cas de ce quatrième chapitre, dont le scénario a si peu de matière qu’on se demande comment le réalisateur a réussi à en faire un film de deux heures.

En fait, on ne se le demande pas vraiment : entre ralentis injustifiés et scènes parfaitement inutiles, le film suit les émotions uniques et formatées de ses héros. Bella traîne comme depuis déjà deux épisodes sa tête de jeune fille prétentieuse trop consciente de vivre une adolescence de fantasme, Edward est partagé entre inquiétude et culpabilité (bref, il fait sa tête embêtée), et Jacob est en colère, très en colère même, ce qui nous fait bien rire.

Enfin, ce qui nous ferait bien rire si on ne s’ennuyait pas tant, surtout dans ces deux premiers tiers de film, longs comme jamais, où il ne se passe strictement rien : Bella se marie et va en voyage de noces. Une sorte de clip publicitaire d’1h20 pour nous rappeler que pour pouvoir s’abandonner au sexe, il faut d’abord se marier. Et même ensuite, le sexe n’est jamais ni gratuit, ni innocent. Le dernier tiers du film nous explique pourquoi la vie humaine est sacrée et nous livre une sorte de diatribe contre l’avortement. Twilight n’a pas attendu son chapitre 4 pour se faire le chantre d’une vision très traditionaliste du monde.

Tout ça est bien dommage car la fiction pourrait être intéressante. Le passage au film d’horreur, l’évolution d’une femme broyée de l’intérieur, le mystère quant à la nature de cet enfant et à l’avenir de Bella pourraient être des ressorts dramatiques solides. Mais la niaiserie du traitement, la minceur de l’intrigue et les visées commerciales (faire deux épisodes pour faire deux fois plus de fric, là où un film suffirait largement) font de Twilight 4 un modèle de remplissage grossier.

Note : 1/10

Twilight – Chapitre 4 : Révélation 1ère partie (titre original : The Twilight Saga: Breaking Dawn – Part 1)
Un film de Bill Condon avec Robert Pattinson, Kristen Stewart et Taylor Lautner
Fantastique – USA – 1h57 – Sorti le 16 novembre 2011

Publicités

Publié le 3 décembre 2011, dans Films sortis en 2011, et tagué , , , . Bookmarquez ce permalien. 6 Commentaires.

  1. Le 3e était déjà un modèle de remplissage grossier et une escroquerie titanesque.

  2. C’est tout à fait vrai. Il n’y a finalement que le premier de regardable.

  3. Bon, je ne suis pas trop d’accord avec ta critique, mais je respecte ton opinion.
    Sinon, pour moi, l’épisode 1 est le moins bon, j’ai préféré le 2 et celui-là (le 3 m’avait un peu déçu).
    Après, je trouve qu’il se passe beaucoup de choses dans les Twilight. Après oui, c’est commercial.

  4. Effectivement, après avoir lu ta critique, je confirme, nous ne sommes pas d’accord 😉

  5. Effectivement, ta critique est très juste. Ce film-vent fait décidément bien du tort à des acteurs, qui, au demeurant, ont quelques agréables long-métrages à leurs CVs…

    Cependant, sans vouloir défendre cet opus (sur lequel je regrette bien d’avoir perdu deux heures de ma vie), je voulais juste souligner une qualité qu’on ne peut lui enlever : si en tant que film il n’a certes pas de grande valeur, en tant qu’adaptation d’un livre sur grand écran, c’est sans doute le plus réussi qu’il m’ai était donné de voir, en terme de fidélité. Ayant lu les livres à l’époque (qui, soit-dit en passant, se dégradent, tels les films, au fil des tomes, seul le premier faisant preuve de subtilité et de finesse dans l’écriture), le respect de « l’œuvre » originale m’a réellement étonné. Dialogues, décors, détails… Une véritable matérialisation des mots de l’auteure. Bon après, si un respecte un truc médiocre, forcément, on en sortira un autre truc médiocre…. Question de priorité.

    Voilà, juste pour équilibrer la balance qui a tendance (à juste titre) à accabler cette pseudo-saga. Saga qui, pour moi, n’a d’intérêt que dans la BO et la photographie générale, superbe à mes yeux, des films.

  6. J’ai trouvé ce volet moins grossier que le précédent qui toucher au vide abyssal. Ca reste toutefois très très médiocre.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :