Les Beaux Jours

Fanny Ardant et Laurent Laffite, 25 ans d’écart, s’éprennent l’un de l’autre. Malheureusement, le film avance de lieux communs en lieux communs, s’appuyant sur des personnages égoïstes et tièdes dont le bonheur nous importe finalement bien peu. Marion Vernoux s’enthousiasme pour une histoire assez laide, révélant une bien triste vision des gens et des relations humaines.

Synopsis : Caroline, fraîchement retraitée, n’a devant elle que du temps libre et encore du temps libre. Sa rencontre avec Julien, qui a l’âge de sa fille, va bouleverser son quotidien.

Les Beaux Jours - critiqueCertes, au cinéma on voit peu d’histoires d’amour entre une jeune sexagénaire et un homme qui n’a pas encore quarante ans. Est-ce que ce simple argument suffit pour justifier une romance banale qui enchaîne pendant 1h30 tous les clichés de la relation adultère?

L’amour n’a pas d’âge. D’accord, mais cela excuse-t-il que plus rien d’autre n’ait d’importance, ni les relations d’une vie, ni la confiance, ni le respect de celui qui partage notre existence? C’est avec une totale insouciance, sans l’once d’un remords (ou d’une hésitation) que Caroline se lance dans son aventure. Les réactions du mari, de la fille de Caroline, des amies du centre de loisirs pour retraités, appuient toutes une vision de la vie et du couple où le mensonge et la trahison n’ont aucune espèce d’importance. Caroline ne doit rien à Philippe, la seule chose qui compte, c’est qu’elle trouve son bonheur et son plaisir.

En célébrant l’épanouissement individuel, à tout âge et en toute situation, Marion Vernoux célèbre aussi une société individualiste où chacun s’occupe d’abord de soi et de sa libido avant de prendre soin des autres. Embarqués dans une course à la réalisation personnelle et à la liberté sans contrainte et sans concession, les personnages du film se regardent tous beaucoup, très occupés à décoder leurs désirs et leurs frustrations.

C’est d’abord le cas de Caroline, qui nous est tout de suite très antipathique. Trop absorbée par la contemplation de son nombril, elle n’a aucune attention pour ceux qui l’entourent, encore moins pour l’homme qui partage sa vie. Quant à Julien, il est tellement creux et arrogant qu’il est très vite insupportable (Laurent Laffite n’y est pas pour rien). Il reste Philippe, victime consentante un peu trop molle pour qu’on ait même envie de le défendre. Et une cohorte de retraités trop sympathiques, dont les jeux dépressifs ne nous arrachent ni sourire ni émotion.

Alors, Les Beaux Jours, ce sont ceux qui nous restent, quelque soit notre âge, ce sont ceux où l’on s’occupera seulement de nous-mêmes et de personne d’autres, ceux où l’on réalisera enfin nos fantasmes (aux dépend de ceux qui nous aiment), ceux où l’on sera enfin libres… et seuls. Caroline pourrait assumer ses nouveaux désirs, essayer de comprendre ses sentiments avec son mari, prendre avec lui les décisions qui s’imposent. Elle pourrait être faible et tourmentée. Non, elle est simplement désinvolte et narcissique, elle fait souffrir par simple inconséquence.

L’histoire d’amour est moche. La façon de voir la vie qui se dégage du film est moche. Et qui plus est, le scénario est tout construit de lieux communs sans saveur. L’âge n’y fait rien, la flamme est bien pâle quand on ne vit que pour soi.

Note : 2/10

Les Beaux Jours
Un film de Marion Vernoux avec Fanny Ardant, Laurent Lafitte et Patrick Chesnais
Comédie dramatique – France – 1h34 – Sorti le 19 juin 2013

Publicités

Publié le 26 juin 2013, dans Films sortis en 2013, et tagué , , , , . Bookmarquez ce permalien. 2 Commentaires.

  1. Ne faut-il pas d’abord savoir s’occuper de soi avant de savoir s’occuper des autres. Quand l’autre ne sait plus nous regarder, que doit-on faire ? L’amour est un travail quotidien et beaucoup de personne ont tendance à l’oublier. Il ne suffit pas d’aimer car rien n’est jamais acquis, sûr, évident en amour.

    Quand on en vient a être trop sûr de ce qu’on a, on ne se pose plus les bonnes questions et on oublie ce qui est important. C’est ce qui se passe dans le film quand Caroline dis à son mari : « lui, il me regarde ! ». C’est probablement la phrase clé du film et qui fait que cette histoire est possible. Quand on ne voit plus rien dans le regard de l’autre, il faut qu’il se passe quelque chose. Son mari ayant l’air d’être bien plus occupé par son cabinet que par la femme qu’il aime ou par les sentiments et les émotions qui la traverse à ce moment de sa vie…

    Même si le film possède certains clichés indéniables et grossiers, le personnage de Caroline n’en reste pas moins touchant et Fanny Ardant apporte de la grâce et de la classe à son personnage.

    Un film qui demande à ne pas être regardé sous un angle aussi simple que vous le décrivez.

    • « Lui, il me regarde ». Je trouve que c’est un peu l’excuse bidon. On a toujours des choses à reprocher à son conjoint, toujours des difficultés au sein d’un couple. Si elle a un problème, Caroline pourrait en discuter avec lui. Dans ce film, le mari semble plutôt attentif à sa femme, et il n’a vraiment pas l’air d’être un mauvais bougre.
      Si on trompe les gens qui nous aiment quand on a un problème, alors tout le monde se trompe. De plus, Caroline ne semble pas non plus beaucoup regarder son mari. Avant de se plaindre du regard de l’autre, il faut interroger son propre regard, sa propre façon de se comporter.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :