Minuit à Paris

Un film de Woody Allen avec Owen Wilson, Rachel McAdams, Marion Cotillard…
Comédie – USA – 1h34 – Sorti le 11 mai 2011
Titre original : Midnight in Paris
Synopsis : Un jeune couple d’américains se rend pour quelques jours à Paris. La magie de la capitale ne tarde pas à opérer sur le jeune homme.

Minuit à ParisQuand Woody Allen sort un film, on se demande toujours si on va tomber sur un petit moment agréable, un vrai bon film ou une perle. Mettons fin tout de suite au suspense : Minuit à Paris est un film majeur de la filmographie du cinéaste, sans aucun doute le meilleur depuis Match Point.

Et le spectateur parisien sera tout heureux de voir le réalisateur new-yorkais si inspiré par la ville lumière. On attendait de Woody Allen une représentation carte postale fatigante (et sans doute fatiguée) de Paris. Il n’en est rien. En un générique de début qui prend volontairement son temps, le film épuise toute la beauté romantique et pompeuse des monuments parisiens. Oui, il s’agira bien d’une carte postale, mais ce ne sera pas le cadre du film, ce sera son sujet.

Paris est la ville de l’amour, de l’art, du progrès et des poètes maudits. Paris est la ville des marginaux, mais c’est aussi la ville du luxe, la ville-musée que visitent ces riches américains conservateurs, satisfaits du confort pittoresque qui leur est offert dans les hôtels bourgeois. Paris est l’une des capitales de l’occident du XXIème siècle, où règnent la vitesse, l’hypersociabilité, l’hyperconsommation et l’individualisme. Mais Paris est aussi le meilleur endroit pour fuir cet univers.

C’est en tout cas ce que pense Woody Allen, qui s’amuse comme un fou à emmener le spectateur dans une farce grandiose où tout est carte postale et où pourtant, la vérité surgit, véritable joyau serti d’émotion, d’humour, de remise en question et d’envie de vivre. Minuit à Paris est une ôde à la réflexion, à l’art, à la poésie, aux discussions et aux coeurs enflammés. C’est un film qui révèle l’importance de notre histoire, personnelle et collective, l’importance de l’histoire d’un lieu, qui continue à l’habiter à jamais. Paris aujourd’hui, c’est la superposition de tout ce qu’a été Paris jusqu’à aujourd’hui, comme nous sommes la superposition de tout ce que nous avons été depuis notre naissance et de tout ce qu’ont été les hommes avant nous.

Nous avons plus que jamais besoin de notre passé, non pas pour vivre à reculons mais pour progresser. Minuit à Paris est alors un appel au combat plutôt qu’à la fuite : nous devons faire face, vivre notre présent et l’améliorer de tout nos rêves, qu’ils nous viennent de notre histoire ou de notre imagination.
La fable est d’un optimisme tranquille rare chez le réalisateur, comme si celui-ci avait adhéré au programme moral de Barack Obama : Yes, we can. Owen Wilson reprend parfaitement le flambeau des héros alleniens, Marion Cotillard, charmante comme jamais, livre l’une de ses performances les plus remarquables, et si les dialogues sont trop explicatifs sur la fin, on est pris jusqu’au bout dans le tourbillon d’un scénario d’une rare finesse.

Si le message est magnifique, le moment passé devant le film est magique, romantique et intellectuel. Paris et ses clichés. Et c’est au beau milieu de ces clichés que Woody Allen les transcende et met à jour ce qu’ils dissimulent : une part de vérité et une part de rêve.

Note du film : 8/10

Publicités

Publié le 18 mai 2011, dans Films sortis en 2011, et tagué , , , , . Bookmarquez ce permalien. 2 Commentaires.

  1. Tout dépend du point de vue que l’on a de Paris.
    Celui qui n’apprécie pas la ville, qui ne connait pas son Histoire ne verra qu’un patchwork farfelu de fantasmes d’un écrivain atteint…de la page grise (une page noire, mais insatisfaisante)
    En revanche, l’amoureux de Lutèce (dont je fais partie) verra un magnifique hommage à la ville, son Histoire, sa vie. Encore de nos jours on peut facilement se perdre dans les différentes époques de Paris.
    Tu dis que le film révèle l’importance de l’histoire personnelle, j’irai plus loin en disant qu’il révèle l’importance de nos fantasmes et passions dans nos actions et envies plus concrètes.
    Gil en est l’exemple parfait. C’est une fois dans Paris, une fois retrouvée son époque fétiche qu’il devient réellement épanouie, et comprend sa vie.
    Alors oui, c’est un appel au combat! Aux Armes ! Vivons nos rêves, au moins un peu en trouvant la part de réel qui y est ancrée ! Parce que la vie sans rêves serait dépourvue de saveur…

  2. Sauf que le film montre clairement que ce que vit Gil n’est pas simplement de l’ordre du fantasme : le détective qui part à sa recherche disparaît, et Gil lui-même trouve un livre qui mentionne sa rencontre avec Adriana. Woody Allen ne laisse pas de doute : le fantasme de Gil se réalise vraiment, il ne s’agit pas seulement de l’imagination de l’écrivain atteint de la page grise.
    Là où je suis tout à fait d’accord avec toi, c’est que le film nous pousse à réaliser nos rêves et nos fantasmes : surtout, il ne s’agit pas de rêver et de se prendre de mélancolie comme le fait Gil au début du film, mais comme tu le dis, d’ancrer nos rêves dans la réalité. Il s’agit, comme je disais dans ma critique, de nous battre pour le présent et pour l’améliorer de tous nos rêves!! 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :